Aigleinfos

Exister ne suffit pas. Communiquez vos profils de rêves avec nous !

Uhuru Kenyatta fulmine contre l’Alliance Fleuve Congo de Corneille Nangaa

Créée à partir de Nairobi, au Kenya, par Corneille Nangaa, ancien président de la CENI, avec le soutien de la milice M23, pour prendre le pouvoir par la force en RDC, la plateforme politico-militaire Alliance Fleuve Congo est une « provocation », dénonce Uhuru Kenyatta, ancien président du Kenya, qui défend la pérennisation des institutions légitimes congolaises.

Dans une déclaration faite lundi 18 décembre 2023, à deux jours des élections générales en RDC, Uhuru Kenyatta, qui dirige le processus de Nairobi pour la restauration de la paix et la stabilité dans l’Est de la RDC, a rejeté l’initiative de Nangaa visant à déstabiliser l’État membre de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

« L’ancien président Uhuru Kenyatta, facilitateur du processus de paix de Nairobi à la tête de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), a observé avec choc et consternation les développements de vendredi dernier, le 15 décembre 2023 à Nairobi, où des individus prétendant poursuivre les intérêts d’un plus grand nombre de personnes en RDC ont donné naissance à une nouvelle alliance politique et militaire pour remettre en question le statu quo politique légitime en RDC. Le facilitateur rejette ces développements et en particulier leur caractère militaire, ainsi que la rhétorique politiquement chargée et provocatrice qui les accompagne », rapporte le cabinet de Kenyatta.

Par ailleurs, il a réitéré son soutien au cessez-le-feu négocié par les États-Unis et assure qu’il continue de chercher à le prolonger pour une durée indéterminée « afin de faciliter le processus de consolidation de la paix, de mettre fin aux meurtres et aux souffrances insensées de la population de l’Est de la RDC et de préparer le terrain, pour une reprise du processus de paix de Nairobi et la négociation d’une paix durable dans la région troublée de l’Est de la RDC ».

La création de l’Alliance Fleuve Congo a été condamnée également par les USA, la Grande-Bretagne, la France et la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC.


Afriquactu / aigleinfos