Aigleinfos

Exister ne suffit pas. Communiquez vos profils de rêves avec nous !

Louise Mushikiwabo, Secrétaire Générale de la Francophonie accuse la RDC de menacer la sécurité du Rwanda.

Alors que l’opposant congolais Martin Fayulu demande au sommet de l’Organisation Internationale de la Francophonie de condamner l’agression de la RDC par le Rwanda à travers ses supplétifs du M23, faute de quoi la RDC quittera cette organisation, la secrétaire générale de la Francophonie Louise Mushikiwabo accuse plutôt le pays de Félix Tshisekedi de menacer la sécurité du Rwanda.

« Il y a des éléments en RDC juste à la frontière du Rwanda, qui sont une menace pour la sécurité du Rwanda », a dit Louise Mushikiwabo, candidate unique du secrétariat général de l’OIF.

Le M23, une rébellion qui avait été défaite en 2013, est réapparu il y a un peu moins d’un an. Les responsables de ce mouvement reprochaient alors à Kinshasa de ne pas avoir tenu ses engagements et, notamment, de ne pas les avoir intégrés dans l’armée comme le prévoyaient les accords de paix de Nairobi de 2013.

Pour le pouvoir en place à Kinshasa, il est impossible de se mettre à table avec ce mouvement rebelle qu’il qualifie de “terroriste”.

Pendant ce temps, les Etats-Unis et les envoyés spéciaux de la Belgique, de la France et du Royaume-Uni pour la région des Grands Lacs ont dans un communiqué condamné « dans les termes les plus vifs l’avancée continue en République démocratique du Congo (RDC) du groupe armé illégal et sanctionné par les Nations Unies intitulé Mouvement du 23 mars (M23) ».

Dans ce document rendu public le vendredi, ces pays notent que « la reprise des violences depuis le 20 octobre, notamment dans les villes de Rutshuru, Kiwanja, Rumangabo et Kibumba et leurs alentours, sape les efforts de paix et a entraîné un accroissement de l’insécurité ainsi que de grandes souffrances humaines ».

Aigleinfos